Missions et champs d’intervention

1er/02/2017

Jeunesse, éducation populaire et vie associative

La déclinaison de la Priorité Jeunesse du Gouvernement s’articule autour de quatre objectifs stratégiques :
• favoriser le droit commun pour l’accès aux droits sociaux ;
• viser l’autonomie et la sécurisation des parcours dans leur globalité ;
• lutter contre les inégalités et les discriminations ;
• encourager la construction des politiques publiques de concert avec les jeunes, les associations, les partenaires sociaux et les collectivités territoriales, au premier rang desquelles le conseil régional.
La participation des jeunes à la vie publique est un des leviers majeurs pour développer la citoyenneté. Le service civique constitue le vecteur privilégié de l’engagement des jeunes et contribue à la cohésion nationale et à la mixité sociale. Sa généralisation doit permettre à tous les jeunes de s’engager dans
une mission d’intérêt général et de bénéficier d’une expérience reconnue et valorisée au sein d’une association, d’une collectivité ou d’un service public.

Sport

L’État, en association étroite avec les collectivités territoriales, le mouvement sportif et le secteur privé, promeut, dans un cadre sécurisé et de qualité,
le sport pour tous et à tout niveau. Il s’appuie sur la collaboration de ses services territoriaux, des établissements publics et des conseillers techniques sportifs exerçant leurs missions auprès des fédérations sportives.
Les services territoriaux JSCS doivent jouer pleinement leur rôle d’impulsion et d’assemblier pour permettre :
• d’améliorer la performance du sport de haut niveau afin que les meilleurs sportifs atteignent les podiums mondiaux, olympiques et paralympiques tout en les préparant à une intégration sociale réussie ;
• d’impulser, accompagner et renforcer les politiques de développement du sport pour faire un droit accessible à chacun sur l’ensemble du territoire ;
• de renforcer les valeurs éducatives et citoyennes, promouvoir l’éthique du sport et protéger les sportifs ;
• de lutter contre la sédentarité et promouvoir explicitement la contribution d’une pratique sportive régulière à la santé publique ;
• de favoriser le développement de l’économie du sport et de l’emploi dans ce secteur.

Cohésion sociale

Le réseau « cohésion sociale » met en oeuvre et coordonne les politiques de protection des plus démunis ou en situation de vulnérabilité et de promotion
de l’égalité pour l’accès à l’autonomie.
Il opère ainsi le rapprochement de la politique du logement et de l’hébergement vers les politiques touchant à d’autres solidarités intergénérationnelles en faveur des personnes âgées, des personnes handicapées, des jeunes et de la famille.
Le rôle des directions régionales est de répondre principalement aux enjeux
suivants :
• coordonner l’action sociale avec les acteurs pour accentuer la mise en oeuvre sur les territoires des politiques de lutte contre la pauvreté, accompagner
les actions de développement social, promouvoir l’innovation sociale, développer la participation citoyenne aux politiques de solidarité. Le réseau anime par ailleurs les réflexions en matière d’exercice professionnel et de certifications professionnelles des travailleurs sociaux, contrôle, observe,
évalue et capitalise les pratiques ;
• réduire les inégalités et prévenir les ruptures par des actions favorisant l’accès aux droits et la lutte contre le non-recours aux prestations sociales, le développement d’une offre de logement adaptée, la prévention des expulsions et la réduction des inégalités d’accès aux soins ;
• accompagner vers l’insertion grâce au développement des politiques d’hébergement et de logement, la mise en place de dispositifs de soutien aux jeunes parents et des jeunes majeurs en difficulté et l’accompagnement des personnes et des familles en situation de fragilité financière.

Politique de la ville

Réduction des inégalités territoriales pour 1 500 quartiers prioritaires…
• Suivi et évaluation des 435 contrats de ville signés entre l’État et ses établissements publics, l’intercommunalité, les communes, le département et la région, ainsi que les autres acteurs institutionnels (organismes de protection sociale, acteurs du logement, acteurs économiques) et l’ensemble de la société civile (associations et habitants des quartiers prioritaires).
• Mobilisation des politiques publiques de droit commun en faveur des habitants des quartiers prioritaires.
• Programmation annuelle des actions en faveur des habitants des quartiers prioritaires dans le cadre des contrats de ville.
• Instruction des demandes de subvention et contrôle des structures financées.

… dans tous les domaines de la vie quotidienne des habitants
• Citoyenneté, participation des habitants, lutte contre les discriminations,
accès aux droits et soutien à la vie associative.
• Éducation, santé et cadre de vie.
• Médiation sociale, prévention de la délinquance et de la radicalisation.
• Développement économique et accès à l’emploi

 Retour à l'accueil